Fiscalité dividendes étrangers dans le PEA

19 J'aime

Comprendre la fiscalité des dividendes étrangers dans le cadre des PEA & PEA-PME et pourquoi y privilégier les actions françaises

Article Image

Fiscalité des dividendes étrangers selon les pays et pourquoi privilégier des actions françaises dans vos PEA et PEA-PME et réserver votre Compte Titres Ordinaire (CTO) pour les actions étrangères.

Cette série d’articles a pour objectif de vous permettre d’optimiser vos investissements PEA et PEA-PME et d'éliminer tous les coûts superflus et parfois invisibles mais qui peuvent amputer votre rendement de façon non négligeable sur la durée. Beaucoup d’investisseurs cherchent à se constituer un portefeuille de rendement, c’est une stratégie intéressante à condition de bien choisir vos actions et également de bien comprendre la fiscalité.

Cet article va vous expliquer pourquoi il sera beaucoup plus intéressant de choisir des actions françaises pour vos PEA et PEA-PME et réserver votre Compte Titre Ordinaire (CTO) pour les actions étrangères ou ETF. La fiscalité des dividendes étrangers dans un PEA n'est pas la plus optimale comme nous allons le voir dans cet article.

Percevoir 100% des dividendes bruts

Les PEA et PEA-PME ne peuvent être ouverts que si vous êtes résident fiscal français, et, à ce titre vous êtes éligible à recevoir 100% du dividende brut payé par les entreprises françaises que vous avez dans vos PEA et PEA-PME. Par contre, si vous avez des actions d’autres pays européens vous ne pourrez pas prétendre à recevoir l'intégralité du dividende (voir le tableau ci-dessous). Et point très important ! vous ne serez pas éligible au crédit d'impôt afin de récupérer tout ou partie de la différence.  Il n'est possible de réclamer le crédit d'impôt sur les dividendes que dans un CTO (Compte Titre Ordinaire) en vertu des conventions fiscales de non-double imposition entre les pays.

Les crédits d'impôts conventionnels attachés aux produits des titres de sociétés européennes inscrits dans un PEA et dont les émetteurs n'ont pas leur siège en France n'ouvrent pas droit à restitution (bofip).

Vous subirez donc une double imposition : retenue à la source dans le pays étranger ainsi que les prélèvements sociaux français (a minima) si vous détenez votre PEA depuis plus de 5 ans.

On peut donc résumer l'allocation de la façon suivante:

  • PEA & PEA-PME : Actions françaises (et éventuellement certains ETF spécifiques)
  • CTO : Actions étrangères et ETF

Comparatif Fiscalité des dividendes étrangers PEA et CTO

Exemple chiffré pour bien comprendre la différence de fiscalité entre dividendes français et étrangers

Considérons deux PEA distincts. Dans le premier une action française avec un rendement de dividende fixe de 3% pendant 5 ans. On fait l'hypothèse que le prix de l’action ne varie pas pendant les 5 ans. Dans l’autre PEA, une action Italienne avec les mêmes caractéristiques. On imagine que les PEA sont investis dans cette seule action au plafond maximum soit 150 000 €. La différence de gain après 5 ans sera donc de 6 075 € ce qui est loin d'être négligeable.

Détail du calcul : 

  • Total dividendes perçus action Française
    • 150 000 x 3% x 5 ans x 100% = 22 500 €
  • Total dividendes perçus action Italienne
    • 150 000 x 3% x 5 ans x 73% = 16 425 €

Soit une différence de gain de 6075 €

Fiscalité des dividendes étrangers pour les PEA & PEA-PME

Tableau Récapitulatif des taux de fiscalité des dividendes par pays

Fiscalité dividendes étrangers PEA

Niveaux de retenues à la source pour les dividendes de sources étrangères (Source BForBank T1 2021)

Actions étrangères et optimum de fiscalité entre le PEA et le CTO

De nombreux investisseurs sont cependant tentés d’investir dans des sociétés étrangères (européennes) dans leur PEA pour bénéficier de l’avantage fiscal lié au livret. A ce jour, la différence de fiscalité entre PEA et CTO est de 12,8% (en supposant un PFU de 30%). Etant donné qu’il ne vous est pas possible de récupérer le crédit d’impôt dans le PEA sur les dividendes de sources étrangères alors que cela est possible dans un CTO, il existe donc un point d’équilibre à déterminer. 

La performance totale d’une action est la somme de 2 composantes:

  1. L’évolution du prix de l’action
  2. La paiement de dividendes éventuels

Vous comprendrez donc d’après ce qui a été énoncé auparavant que si la performance d’une action vient principalement du rendement du dividende, il y aura donc un seuil au-delà duquel il sera plus pertinent de détenir vos actions étrangères dans un CTO. La portion du crédit d’impôt récupérable compensera alors la différence de fiscalité entre CTO et PEA.

Calcul des seuils d'optimisation

Le tableau ci-dessous vous donne les seuils selon la fiscalité pour la retenue à la source des dividendes. Les valeurs calculées correspondent à l’impact en % de la fiscalité du dividende. Lorsque l’impact calculé est supérieur au différentiel de fiscalité PEA/CTO alors il est préférable d’opter pour le CTO afin de récupérer le crédit d’impôt. Les données sont calculées pour les différents pays et la fraction de la performance totale d’une action provenant du dividende. De nombreux investisseurs cherchent à se construire un portefeuille de rendement. Il est très important pour eux de bien optimiser le choix du portefeuille (PEA ou CTO) selon ce critère de fiscalité.

Optimisation entre PEA et CTO selon les dividendes étrangers

Impact de la fiscalité et Optimisation entre PEA et CTO selon les dividendes étrangers

Attention:

Cette simulation a été réalisée en supposant la possibilité de récupérer l'intégralité du crédit d'impôt dans le CTO. Ceci n'est pas toujours simple. Il vous faudra parfois contacter l'administration fiscale du pays correspondant si votre dépositaire ne le fait pas pour vous. Cela permettra  de compléter ce qui vous sera remboursé par le fisc français (17,70% maximum).

Ce comparatif ne prend pas en compte un autre paramètre entre le PEA et le CTO qui est que le PEA est un support de capitalisation à l’inverse du CTO. Cette différence de caractéristique peut avoir un impact fiscal important mais qu’il est difficile de généraliser ici.

Voilà pourquoi il est préférable de privilégier le PEA avec des actions françaises uniquement. En effet, vous pouvez constater que cette contrainte sur l’impossibilité de réclamer le crédit d’impôt n’en fait pas un placement optimal pour les actions étrangères. Exception, si elles ne payent pas ou peu de dividendes. Une autre exception est un ETF S&P 500 éligible PEA bien spécifique. Nous reviendrons sur ce point dans un article dédié car la justification est relativement complexe.

L’enveloppe d’investissement disponible (150k EUR) pour votre PEA est une ressource rare qui doit être utilisée de façon optimisée.

Conclusion

Toujours dans l’objectif d’optimiser vos investissements, vous savez à l’issu de ce deuxième article qu’il est important d’ouvrir un PEA ainsi qu’un PEA-PME dans une banque en ligne et d’investir de préférence dans des actions françaises dans un souci d’optimisation long terme. Pour tous vos investissements il faut privilégier les options qui vous permettent de limiter les frottements fiscaux. Pour ce qui est du PEA, les actions françaises et éventuellement un ETF SP500 bien spécifique sont les meilleures options. Pour ce qui est du CTO qui est un support non capitalisant la problématique à résoudre sera différente et s'orientra vers des supports avec réinvestissement des dividendes dans la mesure du possible. 

Nous allons voir ensuite pourquoi vous devez privilégier les actions en direct (ou ETF) et non les autres supports (sicav, fonds, produits structurés, ETFs…) et comment choisir les meilleures actions pour vos portefeuilles PEA & PEA-PME. Si vous souhaitez investir dans des actions européennes ou ETF, il sera préférable de le faire dans un compte titres classique (CTO).

Votre commentaire apparaitra après modération
Votre email n'est pas publié et sert uniquement à vous contacter
Michel Lestrade 2022-07-12 15:29

Quelle est la situation fiscale (plus-value, ...) lors de la vente des actions étrangères détenues sur un PEA ?

Votre email n'est pas publié et sert uniquement à vous contacter
Franck Béon 2022-07-25 12:17

Bonjour, Merci pour votre question. La situation fiscale pour les actions étrangères est la même que pour les actions françaises. L'achat et la vente d'actions ne déclenche pas d'évènement fiscal car le PEA est une enveloppe capitalisante. La fiscalité sera déclenchée au moment du retrait du PEA. Pour bien comprendre la fiscalité du PEA je vous recommande la lecture de cet article dédié https://alpha-blu.com/blog/fiscalite-pea-peapme Cordialement

iacobellis livio 2022-06-14 08:32

Bonjour , super artcile merci, J'aurais une question concernant cet artcile , dans le cadre des ETF PEA Capitalisant que sa soit en France / Europe / Monde , paye t-on une fiscalité sur les dividendes même s'ils sont directement réinvesti ?

Votre email n'est pas publié et sert uniquement à vous contacter
Franck Béon 2022-07-25 12:26

Bonjour, merci pour cette excellente question 😊. La réponse est oui, vous êtes soumis à une fiscalité dans le cadre des ETF capitalisants et c'est un point relativement subtile et technique sur lequel nous travaillons. En effet, selon les ETF et les indices répliqués l'impact de la fiscalité des dividendes sera différent. Les réplication physique ou synthétique des ETF auront des incidences sur la fiscalité des dividendes. Mais c'est une remarque très judicieuse et qui peut questionner sur le plan fiscal, car vous êtes de facto soumis à une double taxation qui ouvrirait théoriquement droit à un crédit d'impôt français... La seule façon pour un investisseur de connaître le niveau de fiscalité synthétique d'un ETF est de reclaculer dans le temps, la déviation de la NAV de l'ETF avec son indice de réplication "gross total return" puis de corriger des frais de gestion. Calcul assez compliqué à réalisé mais qui est l'unique façon de connaître le véritable coût d'un ETF qui n'est pas seulement consituté des frais de gestion. Pour aller un peu plus loin sur ce sujet, je vous recommande les quelques articles suivants. https://alpha-blu.com/blog/meilleur-etf-sp500 https://alpha-blu.com/blog/faut-il-investir-via-des-etf-trackers-analyse-dun-professionnel-1-2 https://alpha-blu.com/blog/faut-il-investir-via-des-etf-trackers-analyse-dun-professionnel-2-2 https://alpha-blu.com/blog/meilleur-etf-nasdaq-100 N'hésitez pas si vous avez d'autres quetions. Bien cordialement

MASSON Jérôme 2022-05-23 12:03

Bonjour, Merci pour cet article. Dans le cas d'une assurance-vie pouvant héberger des titres vifs (Alta Profits par exemple), le dividende est-il comme sur le PEA amputé définitivement du prélèvement 'pays' sur les dividendes étrangers ? Merci de votre réponse, Jérôme.

Votre email n'est pas publié et sert uniquement à vous contacter
Franck 2022-05-31 09:28

Bonjour Jérôme, Merci pour votre commentaire et votre question très pertinente. Effectivement, dans le cas d'une assurance vie investie dans des titres vifs, vous percevrez le dividende net sur les actions étrangères et 100% du dividende sur les actions françaises. Dans une assurance vie, vous n'êtes pas propriétaire des titres (c'est votre assureur qui en est le propriétaire). De fait, vous n'avez aucune possibilité de réclamer un quelconque crédit d'impôt sur les dividendes étrangers. D'où l'intérêt de privilégier les titres vifs de sociétés françaises ou bien des actions étrangères à faible rendement en dividende pour limiter les frottements fiscaux. Espérant que cela réponde à votre question Cordialement